Le Signa’Lama

Un Signal
Cette structure joue le rôle d’appel, de signal à ceux sur le point d’entrer à l’Écomusée d’Alsace. Elle vient requalifier la séquence d’entrée au musée en offrant aux visiteurs un point de repère et un point d’arrêt pour se retrouver. Au-delà de son usage, ce projet vient alimenter une réflexion sur notre manière de construire et la pertinence de savoirs et savoir-faire vernaculaires. La forme s’inspire librement du chevalement de la mine ou des églises et maisons environnantes. La structure réinterprète des colombages alsaciens et en particulier du motif du “Mann”. La peau, les couleurs et les matières sont directement issues de l’Écomusée : il y a là des inspirations du seuil d’entrée de la forge, des façades des maisons et des couleurs comme de la maison du potier.

Construire avec ce qu’il y a de disponible
« On a fait avec ce qu’il y avait sous nos pieds ». Cette phrase emblématique du bénévole et guide Guy Macchi est l’un des points de départ du processus de projet. Elle fait écho avec les réflexions actuelles sur le réemploi des matériaux menées lors de l’exposition Matière Grise au Pavillon de l’Arsenal à Paris (collectif Encore Heureux) et nous pousse à construire avec ce qu’il y a l’Écomusée. Ce signal sera une architecture du disponible.

Le projet est issu d’un processus entièrement lié à la disponibilité des ressources et de notre capacité d’«œvriers» (terme emprunté à Alain Damasio pour désigner les concepteurs-constructeurs) à la mettre en œuvre. La forme a émergée d’elle-même, au fil de la construction, adaptant les esquisses. Le processus de projet est non linéaire et procède d’une recherche d’ajustement des éléments entre eux.

Concevoir avec son temps
La raréfaction des ressources non renouvelables telles les hydrocarbures ou même le sable, et le coût énergétique élevé de fabrication des matériaux montrent que les choix des architectes et concepteurs influent directement sur l’environnement. L’Écomusée dispose de nombreuses ressources issues des démontages, de sauvetages et de récupérations. Certains de ces matériaux sont stockés dans l’attente d’une nouvelle vie depuis plusieurs décennies. Le bois de structure provient à la fois des démontages et des récupérations de fin de chantiers, et celui des bardeaux d’anciennes clôtures, de planches de réemploi et de la scierie de l’Écomusée.

Le socle est composé blocs de béton qui servaient autrefois à la signalétique de l’Écomusée et de pierres qui étaient les jambages d’anciennes baies. Notre sensibilité d’architecte-constructeurs s’inscrit dans ce contexte de réflexion en développement à l’Écomusée d’Alsace pour élaborer une réponse plastique et architecturale.

Lieu

Ungersheim

Client

Ecomusée d’Alsace

Durée de chantier

3 semaines de chantier

Date

24 août 2017

Catégorie

2017, Chantier Collectif, Conception, Espace public, Micro architecture, Réalisé, Réemploi